dénudation


dénudation

dénudation [ denydasjɔ̃ ] n. f.
• 1374; bas lat. denudatio
Action de dénuder.
Méd. Action de mettre à nu un organe, un tissu, une dent, par incision ou par opération; état qui en résulte.
Cour. État d'un arbre dépouillé de son écorce, de son feuillage.

dénudation nom féminin (bas latin denudatio, -onis) Littéraire. Action de se dénuder le corps. Mise à nu chirurgicale d'un organe, d'un tissu ou d'un élément anatomique. État d'un arbre dépouillé de son écorce, de son feuillage.

DÉNUDATION, subst. fém.
Action de dénuder, de dépouiller de l'enveloppe (généralement naturelle), de ce qui recouvre; résultat de cette action.
A.— CHIRURGIE
1. [À propos d'un organe, d'une partie du corps humain ou animal] Action d'enlever les téguments, la chair de...; résultat de cette action. Dénudation épidermique. La muqueuse (...) présente aux sommets des plis des dénudations épithéliales, qui laissent à nu le derme fortement injecté ou complètement hémorragique (NOCARD, LECLAINCHE, Mal. microb. animaux, 1896, p. 296). Il commença de procéder à la dénudation des vertèbres par une profonde incision rectiligne, poussée jusqu'aux os (BOURGET, Sens mort, 1915, p. 101).
2. P. ext., rare. [À propos du corps humain ou animal] Action de dépouiller de la peau, des poils, de l'enveloppe naturelle; résultat de cette action. Cette dénudation [les mules rasées jusqu'au milieu du corps] permet d'étudier à fond leur anatomie, les os, les muscles et jusqu'aux moindres veines (GAUTIER, Tra los montes, 1843, p. 18). La dénudation absolue et complète c'est moi [le ver]. J'ôte la force aux muscles de l'athlète; je creuse la beauté; je détruis l'apparence et les métamorphoses (HUGO, Légende, t. 4, 1877, p. 569) :
P. métaph. :
Tu espérais, sans t'en rendre compte, ne mourir qu'en une fois, sans l'ignoble et douloureux morcellement qui précède habituellement la fin. C'est, paraît-il, la dénudation successive de l'être, le dépècement par les harpies de la vieillesse, (...). Il faudra donc, (...) te défendre contre ta mise en lambeaux, chaque jour de la vie.
AMIEL, Journal intime, 1866, p. 264.
3. P. anal. [À propos d'un élément de la nature] Action de dépouiller de ce qui recouvre; résultat de cette action.
Spéc., GÉOL. Enlèvement de la végétation ou des couches superficielles du sol. Phénomène de dénudation. Les roches, d'âges jurassique et crétacé, qui constituent la charpente du sol, (...) par l'usure prolongée des âges elles ont été réduites à l'état de dénudation et de squelette (VIDAL DE LA BL., Tabl. géogr. Fr., 1908, p. 367).
B.— Au fig.
1. [À propos d'une chose gén. abstr., notamment du lang., des choses littér. ou artistiques] Action de dépouiller des éléments superflus, des ornements, de rendre (trop) pauvre, sec, sans ampleur; résultat de cette action. Les années, qui rongent tout ce qui est chair et surface, réduisent aussi les faits à l'état de cadavre, et mettent les fibres de l'histoire à nu. Aujourd'hui, pour qui considère, grâce à cette dénudation, la construction providentielle des événements de cette sombre époque (HUGO, Rhin, 1842, p. 273). Le contraste entre les traces du raffinement de sa vie parisienne [d'Odette] et la demi-dénudation de cette grande pièce, avec ses vieux meubles auvergnats, de sombre noyer, m'aurait imposé le silence (BOURGET, Drame, 1921, p. 166). [Dans] la « Symphonie en ut mineur » (...) la dénudation, en quelque sorte anatomique, des muscles et des tendons du premier « Allegro », fait du beau corps vivant un magnifique écorché (ROLLAND, Beethoven, Paris, éd. du Sablier, 1928, p. 246).
2. [À propos d'une chose concr., d'une pers. ou d'une caractéristique humaine] Action de ne pas/plus cacher derrière des apparences trompeuses, de découvrir, mettre à nu, laisser voir. Au grand jour du jugement de l'Éternel, se verra la Dénudation de tous les êtres; tout à découvert, rien de caché. Lisez ce mémoire foudroyant (...); c'est la Dénudation de sa vie entière (S. MERCIER, Néol., t. 1, 1801, p. 163). Plus de fausse apparence, aucun plâtrage possible, l'ordure ôte sa chemise, dénudation absolue, déroute des illusions et des mirages, plus rien que ce qui est (...). Là, un cul de bouteille avoue l'ivrognerie, une anse de panier raconte la domesticité (HUGO, Misér., t. 2, 1862, p. 512).
Prononc. :[]. Ds Ac. 1762-1932. Étymol. et Hist. 1374 « action d'enlever ce qui couvre, de mettre à nu » denudacion [de la teste] (J. GOULAIN, Ration., B.N. 437 [XIVe s.], f° 60e ds GDF. Compl., s.v. déformation); denudacion [des autelz] (ID., ibid., f° 302 v°, ibid.); 1560 dénudation, tant du nerf que de l'os (PARÉ, Œuvres, éd. J.-F. Malgaigne, t. 3, p. 317). Empr. au b. lat. denudatio « action de mettre à nu », en partic. av. 636 denudatio capitis (ISID., In lev., 11, 16 ds TLL s.v., 549, 75). Fréq. abs. littér. :6

dénudation [denydɑsjɔ̃] n. f.
ÉTYM. 1374; bas lat. denudatio.
1 Action de dénuder (qqn, qqch.); résultat de cette action.
Méd. Action de mettre à nu un organe, un tissu, une dent, par incision ou par opération; état qui en résulte. || La dénudation d'un vaisseau en vue d'un cathétérisme.
tableau Lexique de la chirurgie.
État d'un arbre dépouillé de son écorce, de son feuillage.
2 Par métaphore ou fig. (en parlant d'une œuvre littéraire ou artistique). Action de dépouiller, de rendre plus nu (simple, pauvre); résultat de cette action (Hugo, Bourget, R. Rolland, in T. L. F.).
3 Espace, lieu dénudé.
0 Le sommet, très plat, d'une montagne, non, d'une colline, mais si sauvage, si sauvage, assez. Bourbe, bruyère à hauteur de genou, imperceptibles sentiers de brebis, dénudations profondes.
S. Beckett, Textes pour rien, p. 115.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • dénudation — DÉNUDATION. sub. f. Terme de Chirurgie. État d un os qui paroît à découvert. La dénudation est assez ordinaire dans les fractures …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • denudation — early 15c., from M.Fr. dénudation, from L. denudationem (nom. denudatio), noun of action from pp. stem of denudare (see DENUDE (Cf. denude)). Figurative use is from 1590s. In geology, from 1811 …   Etymology dictionary

  • Denudation — Den u*da tion (?; 277), n. [L. denudatio: cf. F. d[ e]nudation.] 1. The act of stripping off covering, or removing the surface; a making bare. [1913 Webster] 2. (Geol.) The laying bare of rocks by the washing away of the overlying earth, etc.; or …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Denudation — (lat., Entblößung), die Freilegung ehemals überdeckter Gesteinsmassen, oder allgemein die auf ausgedehnten Flächen erfolgte Abtragung von Gesteinsmaterial. An der D. beteiligen sich die verschiedenartigsten gesteinzerstörenden und wegführenden… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Denudation — Denudation, s. Erosion …   Lexikon der gesamten Technik

  • Denudation — (lat.), Entblößung, bes. in der Geologie gebraucht; denudieren, entblößen …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Denudation — Denudation, lat., Entblößung, Entkleidung; denudiren, entblößen, entkleiden …   Herders Conversations-Lexikon

  • Denudation — Denudation,die:⇨Einebnung …   Das Wörterbuch der Synonyme

  • Denudation — Schematic illustration of regional denudation for felsic alkaline intrusive rock bodies of the State of Rio de Janeiro, Brazil: Cabo Frio Island and Itaúna Body. In geology, denudation is the long term sum of processes that cause the wearing away …   Wikipedia

  • Denudation — Als Denudation (von lateinisch denudare = entblößen) wird eine flächenhaft wirkende Abtragung der Festlandsoberfläche bezeichnet. Die Denudationsprozesse tragen den Regolith bis zur Entblößung des darunter liegenden Gesteins ab, sofern diese… …   Deutsch Wikipedia